Quid des réseaux sociaux ?

Quid des réseaux sociaux ?

Site web ou page Facebook ?

Beaucoup de créateurs de contenu confondent l’usage de Facebook avec la maintenance d’un site Web ou d’un Blog. S’il est vrai que le premier est très populaire et très simple d’utilisation, il n’a pas du tout le même rôle, ni les mêmes objectifs.

Maintenir un site web, ou écrire des billets de blog n’est pas aussi simple et surtout, c’est moins populaire, à moins d’être abonné et que les commentaires soient très productifs.

Par contre, ce qu’il ne faut pas oublier, c’est qu’aucun des deux n’est exclusif et qu’il est même recommandé de les faire cohabiter et interagir l’un sur l’autre. Stratégie qui est rarement mise en place.

La différence majeure entre les deux outils, vient du fait que le premier est instantané, s’adresse à une communauté et permet d’informer, tout en dirigeant vers le site pour des informations plus développées.
La problématique de l’instantané en fil chronologique, reste la catégorisation et l’archivage, chose que le site, ou les billets de blog, gèrent à merveille.

Un site web peut également être relié à diverses pages Facebook. Par exemple, une municipalité peut très bien ouvrir sa communication entre, un site internet, une page Facebook pour la municipalité elle-même, une autre pour l’office de tourisme et pour l’office culturel, puis pourquoi pas, égrainer une page par association majeure… un peu comme s’il s’agissait là de départements verticaux auxquels le site puisse apporter une transversalité.

Partager ses images sur Instagram !

Mettre en place des galeries d’images pour refléter divers évènements, manifestations, dossiers en cours, travaux de réalisations, commémorations et bien d’autres activités qui animent la commune, l’entreprise ou l’association, est une chose complexe à mettre en place.

Et ce, surtout si nous souhaitons la distribuer sur tout type de plateforme, ouvrir la possibilité aux utilisateurs de laisser des commentaires ou poster leur propres réalisations.

C’est justement là que ce type de réseaux permet de prendre le relais, tout en préservant l’autonomie des deux plateformes : offrir à chacun la transversalité et la transparence d’utilisation.

Les dernières galeries d’images peuvent s’afficher dans un composant sur le site, une page dédiée peut afficher et filtrer l’ensemble des galeries et à tout moment, renvoyer sur le compte utilisateur ad hoc.

Communiquer rapidement avec Twitter

Les structures, quelles qu’elles soient, ont toujours besoin de communiquer rapidement avec leurs utilisateurs, pour informer d’une ouverture ou d’une fermeture exceptionnelle, ou pour donner des informations sur un dossier ou un évènement, ou tout simplement pour donner un avis… bref, les raisons et les occasions ne manquent pas.

Sur les sites, on a souvent vu par le passé des sortes de bandeaux animés informant d’une actualité ponctuelle. Seulement voilà, pour voir ces bandeaux il faut aller sur le site… et justement ce que propose twitter, c’est d’envoyer ce bandeau sur les comptes utilisateurs qui sont abonnés au service, et donc d’aller toucher l’internaute sans qu’il ait à venir sur le site.

En contrepartie, rien n’empêche le message de renvoyer vers le site… et la boucle est bouclée. De plus, avec une utilisation judicieuse des hashtags, un utilisateur pourra facilement retrouver l’information en question et au travers du lien, rapidement rallier l’emplacement exact dans le site.

Ne pas oublier de modérer

Ouvrir la porte aux commentaires ou à toute autre possibilité d’intervention peut ouvrir la porte à tout et n’importe quoi.
Bien que peu fréquent, il peut arriver dans certains contextes de tension ou autre désaccords, que des propos mal appropriés soient échangés ou postés.

En ce sens, il est toujours important de prévoir un comité de relecture qui pourra détecter, le cas échéant, de tels débordements et pouvoir intervenir en conséquence.

Une grande partie de la modération se fera généralement par la communauté elle-même. L’aide de certains plug in peut également limiter le nombre d’intrusions automatiques et généralement connues comme SPAM.

Centraliser les informations est un minimum

Il ne faut pas oublier, à la fois pour des raisons d’archivage d’informations, mais aussi pour maintenir la qualité de référencement, de centraliser la plupart des développements sur le site (exception faite des informations purement ponctuelles et éphémères, ou informatives sur un horaire ou un lieu).

N’oublions pas que les réseaux sociaux touchent des communautés, mais que la principale source d’information, gravite autour du site de communication de la municipalité, de l’entreprise ou de l’association.